La communauté LGBTIQ + et ses combats n’ont rien à voir avec la pédophilie

Depuis quelques semaines, nous assistons à une déferlante d’articles et de publications les un.e.s plus abjectes que les autres dans une frénésie voulant décrédibiliser la lutte pour les droits des personnes LGBTQI+ et jeter l’opprobre sur une communauté dont le combat ne cesse de bousculer les archaïsmes.
Nous, Mawjoudin, affirmons sans une once d’hésitation que le fait d’associer la lutte pour les droits des individus LGBTQI+ aux tentatives de normalisation avec la pédophilie relève d’une malhonnêteté intellectuelle. Il est absurde de penser que promouvoir la pédophilie soit une extension à la promotion des droits des personnes LGBTQI+.
Les détenteurs de cette pensée oublient inconsciemment ou sciemment que nous considérons le consentement comme la pierre angulaire de toute relation possible entre deux individus. Etant donné qu’un mineur ne peut consentir à un acte sexuel avec un majeur. Il est, de facto, inadmissible de considérer la pédophilie comme une orientation sexuelle. Car, un consentement obtenu par intimidation, manipulation (les mécanismes sont nombreux), chantage, menace ou en ayant recours à des substances modifiant la vigilance, ne peut, en aucun cas et avec un minimum de bon sens, être considéré comme étant un consentement éclairé.
Des individus ont voulu se faire l’écho d’une propagande anti-LGBTQI+ vieille comme le monde et ont sauté sur l’occasion pour déverser leur haine, partager en masse leur ignorance et prêcher un discours homophobe et transphobe sous couvert de l’inquiétude pour les droits des enfants.
Si des individus / activistes se sentent gêné.e.s par la problématique de la pédophilie pour quelconque raison, ceci n’est nullement le cas de notre association qui sera toujours, en première ligne, pour dénoncer la pédophilie et les pédophiles quels que soient leurs statuts ou leurs orientations sexuelles.
Nous dénonçons, donc, et avec la plus grande fermeté, cet amalgame nauséabond et ces parallèles douteux. Par ailleurs, nous rappelons, en tant que militant.e.s pour les droits des personnes LGBTQI+, que nous militons pour tous les droits humains avec une approche intersectionnelle, car nous sommes pertinemment convaincu.e.s que les droits humains, y compris les droits de l’enfant, sont indivisibles.”

Recommended Posts